COMMUNICATIONS AFFICHEES – POSTERS

Interventions Psychologiques

Etude d'efficacité d'interventions psychologiques auprès des patients douloureux chroniques

La douleur chronique est un phénomène complexe, qui entraîne une quantité de conséquences délétères : elle agit sur les processus psychiques, cognitifs, physiques et relationnels. Sur le plan psychologique, la douleur chronique provoque de l’anxiété, de la détresse, de la colère, de la frustration ainsi que des troubles du sommeil et de l’appétit. Le but de cette étude était d’évaluer et comparer l’efficacité de la Thérapie d’Acceptation et d’Engagement (ACT) et la psychothérapie basée sur la relaxation pour les patients douloureux chroniques. L’ACT et la Relaxation étaient administrés aux 99 patients divisés en deux conditions de traitement. Les mesures étaient faites 4 fois : en première rencontre avec le psychologue, avant le traitement, après le traitement et 3 mois après le traitement. Les effets des interventions étaient évalués sur les variables de la qualité de vie, l’intensité de la douleur, de l’anxiété et de la dépression, du stress, des pensées catastrophiques, de l’acceptation de la douleur chronique et de l’inflexibilité psychologique. Les améliorations significatives ont été observées dans l’ensemble de l’échantillon pour toutes les variables, sauf l’acceptation. Les différences n’étaient pas significatives entre les deux groupes d’intervention sauf les variables de la qualité de vie mentale et des traits anxieux et dépressifs. L’investigation future dans ce domaine de recherche serait nécessaire avec une plus grande rigueur scientifique dans le but d’améliorer la qualité de soins et de la prise en charge des patients douloureux chroniques.

Le concept de Douleur en Psychonomie

La Psychonomie® est la discipline concernant l’étude des phénomènes de conscience, notamment ceux qui donnent au vivant une autonomie d’expression à la fois, cellulaire, tissulaire, émotionnelle, cognitive et sociale.
La Symbionie®, est la pratique de santé en psychonomie, elle en est l’acte curatif pour une restauration fonctionnelle.
Modèle théorique proposé :
“La vie est un système complexe, autorégulé et ouvert qui fonctionne sur la base de matière, énergie, information.”
Une intention produit un champ d’information qui, au travers, d’une interface singularité, se propage par quanta en champ d’énergie qui permet un fonctionnement organique et sa mémorisation. Cette singularité se présente comme un centre de type vortex, spécifique selon l’information véhiculée de nature “fonction” ou “structure”.
Lorsque ce système a été sollicité au-delà de ses capacités, il en reste sidéré par ce traumatisme mécanique, toxique, vibratoire ou émotionnel. Le champ d’énergie étant en distorsion avec le champ d’information, cela induit un dysfonctionnement concret produisant des conséquences organiques.
La douleur exprime la rupture de ce système. Le principe thérapeutique en psychonomie, la Symbionie®, permet de restaurer la cohérence de phase entre ces deux ondes, libérant le fonctionnement.
Schéma théorique du modèle pour un protocole méthodologique de traitement :
Tout organe, et même toute cellule, doit être considéré comme une entité avec un programme et ses intentions. L’homéostasie reflète le bon fonctionnement de ce système qui informe et s’informe.
La psychonomie ne se focalise pas sur l’organe, mais sur les relations altérées de ces systèmes.
“Ce ne sont pas les choses qui entrent en relation, ce sont les relations qui constituent les choses.” Carlo Rovelli.
Les résultats évalués lors d’une pré-étude portant sur près de 180 personnels de santé du CHU de Nancy Brabois, mettent en évidence une grande efficacité sur les TMS, le stress, et la douleur en particulier.

Essai contrôlé randomisé évaluant l'efficacité de la musicothérapie réceptive (outil Music care) sur la douleur psychologique des patients en crise suicidaire : Protocole de recherche

Avec actuellement près d’un million de décès annuels, le suicide est un problème de santé publique mondial, mais en grande partie évitable. De récents travaux suggèrent que le passage à l’acte suicidaire serait concomitant d’une douleur psychologique intense. La musicothérapie est considérée comme un traitement adjuvant efficace dans la prise en charge de la douleur physique. Par ailleurs, des données expérimentales suggèrent des voies communes entre douleur physique et douleur psychologique.
Ainsi, l’objectif principal de cette étude est d’évaluer l’efficacité de la musicothérapie réceptive, via l’outil Music care, sur la diminution de la douleur psychologique, chez des patients en crise suicidaire, hospitalisés dans une unité psychiatrique d’hospitalisation de courte durée, à la Réunion.
Le critère de jugement principal est la comparaison de la variation de l’intensité de la douleur psychologique, mesurée à l’inclusion (V0) et à la fin du suivi du patient, une heure après sa 4ème séance de musicothérapie, par une échelle visuelle analogique (EVA), dans chacun des 2 groupes.
Il s’agit d’un essai contrôlé randomisé monocentrique, de supériorité, en 2 groupes parallèles :
– un groupe intervention bénéficiant de la prise en charge habituelle associée à quatre séances de musicothérapie durant l’hospitalisation
– un groupe contrôle bénéficiant de la prise en charge habituelle en cas de crise suicidaire
Le ratio d’allocation est 1 :1. La randomisation sera stratifiée sur le centre, le passage à l’acte et les plages horaires d’arrivée dans le service.
La comparaison de la variation de l’intensité de la douleur psychologique sera réalisée à l’aide d’un modèle d’analyse de variance-covariance (ANCOVA) ajustée sur le groupe et la valeur du score de la douleur à l’inclusion.
Le nombre nécessaire de patients à inclure est de 264, soit 132 par groupe. La période d’inclusion est de 12 mois.
Ce projet a reçu le financement de l’APIDOM 2017.

Aide à la gestion de la douleur chronique : présentation d'une approche non médicamenteuse au cours de l'hospitalisation de patients en situation d'obésité.

Introduction : La douleur chronique touche 30% de la population (1) avec une prévalence élevée en cas d’obésité (2).  Sa prise en charge doit être globale.
Matériel : Les professionnels et le programme du centre de l’obésité Bernard Descottes sont adaptés aux recommandations d’une prise en charge pluridisciplinaire de la douleur chronique.
Lors des 3 semaines d’hospitalisation les patients explorent leurs représentations mentales et expérimentent des outils d’autogestion de la douleur chronique (activité physique adaptée, techniques psychocorporelles, thermothérapie…)
La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle. Le programme axé sur la relation corps-esprit, amène le patient à se reconnecter à son individualité, permettant d’évoluer d’un corps douloureux vers un corps ressource.
Les interventions sont orientées vers l’autonomisation du patient dans la gestion de la douleur. Selon les principes d’éducation thérapeutique il devient co-thérapeute, acteur de son projet, pour un vécu tolérable et une meilleure qualité de vie.
Discussion : Les retours des patients sont positifs. Nous faisons l’hypothèse d’une augmentation du locus interne (conscience, responsabilisation, adaptation) versus locus externe (passivité, dépendance).
Conclusion : Une évaluation quantifiée de la confiance des patients dans leurs capacités à gérer leurs douleurs est envisagée, permettant de vérifier l’incidence de nos actions.
Bouhassira D, Lantéri-Minet M, Attal N, Laurent B, Touboul C. Prevalence of chronic pain with neuropathic characteristics in the general population. Pain 2008;136(3):380-7
H. Susan J. Picavet, W.M. Monique Verschuren Pain over the adult life course: 15-year pain trajectories- The Doetinchem Cohort Study Eur J Pain. 2019 Oct; 23 (9): 1723-1732

Retour d'expérience de la musicothérapie au sein d'une unité de neurochirurgie fonctionnelle au CHU de Montpellier

Contexte : La musicothérapie apparaît en France après la seconde guerre mondiale. Initialement, étroitement liée à la psychiatrie, elle permettait de « calmer, stimuler ou encore chasser les idées morbides des patients ».
Elle se développe actuellement dans divers champs d’application dont les maladies neurologiques. En milieu hospitalier, son utilisation reste ponctuelle, voire inexistante alors que de réels bénéfices neurologiques ont été démontrés.
Objectif : Etudier la faisabilité de la musicothérapie appliquée à des patients présentant des mouvements et/ou des comportements anormaux au sein d’un service hospitalier de neurochirurgie fonctionnelle.
Méthode : Le secteur d’hospitalisation de semaine du département de neurochirurgie dispose d’une dizaine de lits dédiés à l’unité pathologies cérébrales résistantes. Un espace consacré à la musicothérapie comprenant un fauteuil de relaxation et un instrumentarium est adossé à cette unité.
Y sont pris en charge des patients de tout âge (5-80 ans) souffrant de pathologies diverses dont le point commun est la présence de troubles du mouvement et/ou du comportement.
Les patients qui le souhaitent, bénéficient de séances journalières au cours de leur hospitalisation.
La première séance comporte un bilan psychomusical ainsi qu’une évaluation succincte des aspects psychologique et cognitif permettant d’ajuster le contenu des séances ultérieures.
Résultats : Un tiers des patients hospitalisé dans le service ont pu être pris en charge en musicothérapie depuis septembre 2019. Ils ont bénéficié d’une à quatre séances hebdomadaires.
Chaque séance fait l’objet d’une restitution écrite à la disposition de l’équipe pluridisciplinaire. Le retour des patients est très positif. Ce bénéfice est corroboré par l’équipe et les aidant familiaux.
Conclusion : La prise en charge musico-thérapeutique apparaît compatible avec le fonctionnement d’une hospitalisation de semaine en neurochirurgie fonctionnelle. Elle est complémentaire aux soins en terme de relaxation psychomotrice. Ces premiers résultats encouragent ainsi à développer l’utilisation de cette approche non médicamenteuse en clinique de routine.

La méditation CLAC : une thérapie antalgique simple et efficace

Une méthode méditative d’acquisition simple et d’efficacité rapide dite « Coeur Lumière Amour Compassion » est évaluée avec succès depuis 2017 à la Clinique St Christophe (Bouc Bel Air) et au Département Douleur, Psychosomatique et Maladie Fonctionnelle du CHU de Montpellier.
Objectif : évaluer l’effet de la méditation CLAC sur la douleur et les symptômes associés à la douleur chronique dans le cadre d’un programme thérapeutique court.
Méthode : recherche exploratoire comparative en ouvert, le patient étant pris pour son propre témoin. Le programme comprend 3 participations à une séance hebdomadaire méditative collective associées à 6 minutes de pratique quotidienne individuelle avec support audio. L’évaluation est réalisée une semaine après la 3ème séance par autoquestionnaire : indice de satisfaction et évolution de la douleur et des symptômes associés physiques, psychologiques, comportementaux.
Résultats :
Ils portent sur un groupe de 278 patients de janvier 2017 à décembre 2018 :
– le niveau de satisfaction moyen est de 8,55/10,
– amélioration significative de 34,40 % pour la douleur et de tous les symptômes associés évalués (p-value significative) :
– 62,60% sur l’état général ;
– 44,80 % sur la fatigue physique ;
– 54,40 % sur l’anxiété ;
– 47 % sur le sommeil ;
– diminution de 35,40 % des médicaments ;
– amélioration de 63,80 % de l’humeur, de 51,20 % de l’activité physique, de 42,80 %   de l’estime de soi.
En conclusion, l’évaluation du programme de méditation CLAC montre une amélioration très positive de la douleur sur deux ans et sur deux établissements, avec une amélioration significative de tous les symptômes associés. Ces résultats justifient la création d’un modèle méditatif  susceptible d’être enseigné et diffusé dans d’autres établissements de soins.

Vécu, attente et perceptions des professionnels de la santé pendant la crise sanitaire

L’apparition de la crise sanitaire du Covid-19 a été brutale et a généré doutes, informations contradictoires et anxiété. Malgré une baisse du nombre de patients hospitalisés dans les réanimations, la souffrance des soignants est toujours présente. Une étude s’appuyant sur deux enquêtes ont été réalisée pendant la crise. Elle nous a permis de sonder la perception des soignants face à la gestion de la crise des établissements de santé, d’évaluer l’accompagnement psychologique des professionnels de la santé et d’ interroger leurs attentes pour adapter le dispositif SPS.
Du 1er mars au 13 Mai, les données de 3501 professionnels de la santé ont été analysé grâce à cette double enquête de terrain. La première (lors du confinement) a permis le recueil de données quantitatifs et qualitatif de 2297 professionnels ayant sollicité la plateforme pour un soutien psychologique. La seconde s’appuie sur un questionnaire internet composé de 6 questions (2 ouvertes et 4 fermées). L’analyse descriptive des données quantitatives de ces enquêtes ont été transcrites sous Excel et les données textuelles ont été́ analysées par le logiciel MyKnowledge.
Les résultats de cette étude mettent en évidence l’expression de la détresse psychologique des soignants couplée aux difficultés de terrain qui ont exacerbé leur souffrance au cours de la crise.
La prévention et l’accompagnement de la souffrance des professionnels de la santé sont des enjeux de santé publique, les attentes exprimées pointent l’amélioration de l’organisation et du management (70%), du soutien psychologique notamment par l’accès facilité aux psychologues (50%) et à l’usage d’interventions non médicamenteuses (INM) (74%).
Une prochaine étude permettant d’étudier les connaissances des professionnels sur le panel des INM existants et d’évaluer celles qui sont le plus plébiscitées pour cibler nos actions grâce à des INM efficientes dans la prévention et l’accompagnement des risques psychosociaux des professionnels de la santé.

Interventions Physiques

Former les étudiants ostéopathes à la caractérisation de la douleur à visée diagnostique

La douleur est le premier motif de consultation en ostéopathie, concernant 95% des patients. Sa caractérisation correcte apparaît donc essentielle au diagnostic. Pourtant, notre enquête réalisée en 2019 auprès des ostéopathes révèle que 47% la considèrent non pertinente, préférant des évaluateurs fonctionnels, et 27% utilisent l’EVA sans en tenir compte dans leur raisonnement diagnostique. Bien que les étudiants approchent la douleur en physiologie et en sémiologie, il semble que, passer le diagnostic d’opportunité, les ostéopathes diplômés s’en remettraient essentiellement aux tests de mobilité. Pourtant, la douleur est un indicateur des dysfonctionnements ostéopathiques, caractérisant des zones hypermobiles, elles-mêmes indicatrices de restrictions de mobilité plus ou moins éloignées et à corriger.
La formation des ostéopathes les encouragerait-elle à négliger ce symptôme ? Une formation et un questionnaire de caractérisation de la douleur destinés aux étudiants ostéopathes pourraient-ils améliorer la capacité diagnostique ?
Nous avons analysé 98 outils de mesure de la douleur pour concevoir une formation et un questionnaire diagnostique de la douleur autour de quatre parties (crâne, état général, musculo-squelettique et viscéral), résumant visuellement des signes cliniques qui aident l’étudiant à établir des liens fasciaux, viscéraux, articulaires ou musculaires. Par exemple, un patient avec des troubles du sommeil associés à des céphalées occipito-frontales et une raideur douloureuse du rachis peut orienter vers une tension méningée associée à des dysfonctions traumatiques dues à un whiplash. Ajoutant les signes neurologiques, notre questionnaire permet également d’orienter vers un diagnotic neurologique si une irradiation est associée.
L’apport de cette formation aux étudiants de 3e à 5e années (n=135) a été évalué au travers de cas cliniques simulés et de contrôles de connaissances. 92% des étudiants observent une amélioration de leur capacité diagnostique. Cette évaluation nous a permis de dresser une liste des critères fonctionnels liés à la douleur apportant de l’information ostéopathique.”

Effets d'un programme de Tai Chi sur les capacités cognitivo-motrices de participants âgés et MCI

Nous avons étudié les effets d’un programme de Tai Chi de 12 semaines (2 séances/semaine) sur les capacités cognitives et motrices de deux groupes de participants. D’une part, des participants âgés en bonne santé (M =77 ans) et d’autre part, des patients MCI (M = 88 ans). Le programme était encadré par deux maîtres experts (1 séance/semaine chacun), selon une procédure standardisée.Avant et après l’intervention, les participants ont effectués des tests dans des tâches cognitivo-motrices : i) marche à allure préférentielle, pointage unimanuel vers une cible, contrôle postural yeux ouverts/yeux fermés et force de préhension. Pour chaque tâche, des variables spécifiques étaient mesurées.Les résultats préliminaires montrent des progrès significatifs, dans les deux groupes, pour toutes les variables mesurées dans chacune des tâches. Spécifiquement, on constate une amélioration de la vitesse de marche, plus marquée dans le groupe MCI que pour le groupe senior. De même, dans la tâche unimanuelle, on observe une diminution des temps de mouvements dans les deux groupes, plus marquée dans le groupe MCI. On observe également une modification des profils cinématiques dans le groupe MCI, qui tendent à se rapprocher de ceux observés chez les séniors en bonne santé. Nous avons également observé une amélioration du contrôle postural pour les deux groupes ainsi que de la force de préhension, mais uniquement pour le groupe senior.Finalement, ces résultats préliminaires sont encourageants. Ils suggèrent une effet bénéfique du Tai Chi sur les capacités cognitives de seniors MCI. Ces effets devront être confirmés dans le test après 6 mois d’intervention. Le petit nombre de participants est cependant une limite de l’étude.

Entrainement intradialytique : faisabilité et bénéfices pour les patients âgés

Une grande partie de la population ayant une insuffisance rénale traitée par hémodialyse soit âgée, souvent polymorbide et fragile. Cependant, les études évaluant la faisabilité de l’entrainement intradilaytique ne s’adressent pas spécifiquement aux patients âgés alors qu’ils pourraient grandement en bénéficier. Ainsi, l’objectif de cette étude était d’évaluer la faisabilité et les bénéfices cliniques de l’entrainement intradialytique chez des personnes âgées souffrant d’insuffisance rénale. Méthodes : Un programme d’entrainement intradialytique de 6 mois (3 séances supervisés/semaine), fut proposé à 29 patients (62-90 ans) répartis dans deux cliniques externes (Sherbrooke et Québec). La faisabilité fut évaluée avec les indicateurs suivants : taux de recrutement et rétention, adhérence à la prescription et valence affective durant l’entrainement (1-item Feeling scale; -5 à +5). Les variables suivantes ont été mesurées avant et après les 6 mois d’intervention : capacité physique (STS-5, STS-60, force de préhension); qualité de vie (SF-36; Indice de qualité du sommeil de Pittsburgh); symptômes dépressifs (Inventaire de dépression de Beck). Résultats : Au total, 26 patients ont accepté (89% facilité de recrutement) et 17 ont terminé l’étude (abandon n=1, complications médicales n=5, décès n=2, changement de traitement n=1). En moyenne, 94% des séances ont été complétées avec un seul évènement indésirable (hypotension post-exercice) et une valence affective moyenne de 2,9 ± 0,9 fut observée. Enfin, une amélioration de l’endurance et la puissance des membres inférieurs (0,002

Techniques réflexes Méthode Elisabeth Breton et Douleur chronique neuropathique

PREAMBULE :
L’impact des douleurs chroniques entraînent une élévation du niveau de stress chronique. 50% des patients douloureux chroniques développent une dépression. Il y a différents moyens de soulager les douleurs mais il faut apprendre à vivre avec. Une des aproches de la diminution de la douleur doit passer par une diminution du stress. La relaxation permet de contrôler le stress et vaincre la douleur. Les techniques réflexes ont des effets calmantes et relaxantes, et par conséquent, elles diminuent des tensions grâce aux effets qu’elles produisent sur le système neuro-hormonal et musculaire.
OBJECTIFS :
Le but de l’étude observationnelle sur un cas adulte souffrant de douleur chronique neuropathique depuis plus de 3 mois est d’évaluer 3 axes : l’intensité des douleurs, la qualité de vie et l’anxiété et la dépression.
METHODE :
5 séances de techniques réflexes conjonctives, périostées et dermalgies viscero-cutanées (contribution ostéopathique à la réflexologie) – Méthode Elisabeth Breton sont réalisées à intervalle de 4 semaines entre chaque.
L’efficacité du suivi a été évalué par des échelles validées, l’échelle EVA, l’échelle HAD et le questionnaire de la qualité de vie SF12.
RESULTATS :
Une nette diminution de la douleur EVA entre la 1ère et la dernière séance est noté (- 2.9 points). La moyenne de l’anxiété et de la dépression HAD est significative ; baisse relevée entre 30% et 45%. La qualité de vie du sujet s’est équilibrée au fur et à mesure des séances reçues.
DISCUSSIONS :
Ces résultats d’un seul cas d’étude adulte sont encourageants pour poursuivre et développer l’étude dans des cohortes plus importantes. Il peut être envisageable de la reproduire dans une unité de soin anti-douleur avec la collaboration du corps médical afin d’évaluer les techniques réflexes avec des douleurs d’origines différentes.

Accompagnement dans la douleur des membres supérieurs par les techniques réflexes de stimulation

Introduction : Les conséquences du stress sur la douleur
L’état de stress n’est pas une maladie en soi, mais par son intensité et sa durée, il peut menacer la santé physique et mentale des personnes. En effet, les réponses biologiques à une situation stressante peuvent dans certaines conditions devenir délétères pour l’organisme. De ce fait différents troubles fonctionnels peuvent apparaître comme, par exemple, les troubles musculo-squelettiques (TMS). Source : www.ergotonic.net (extrait)
Présentation du sujet
Le sujet est une femme de 41 ans, mariée, 3 enfants travaillant comme chargée de développement au service ressources humaines d’une banque française. Elle se sent stressée et sa position de travail sur poste informatique lui procure, selon elle, des tensions et douleurs au niveau de la ceinture scapulaire. Elle se plaint notamment de douleur à l’épaule droite avec des fourmillements palmaires par intermittence. Cette douleur n’a pas fait l’objet d’un diagnostic médical.
Méthode

Le tableau de satisfaction mesurant l’état de stress/tension avant et après chaque séance
L’échelle STAI Forme Y-A
Le questionnaire de la douleur (source : www.ch-valenciennes.fr) adapté à une analyse réflexologique
Nombre de séances réalisées
5 à intervalle de 15 jours à 3 semaines
Programme d’action
Techniques réflexes de stimulation (plantaire et palmaire)
Objectif de l’étude
Réduire le stress
Soulager la douleur ressentie
Verbalisation du sujet à la fin du protocole de soins
Le sujet, selon elle, ne ressent plus de douleur avec disparition des fourmillement palmaires
Analyse du questionnaire de la douleur
Les tehniques réflexes de stimulation ont été efficaces dans la douleur du sujet tant sur le plan physique que moral.
Forces et faiblesse de l’étude
Les techniques réflexes ont permis de soulager la douleur cependant le niveau d’anxiété n’a baissé que très légèrement.

Évaluation qualitative des bénéfices d'un protocole d'interventions non médicamenteuses combinant Cohérence cardiaque et Activité Physique Adaptée dans l'optimisation d'un retour à la vie active de patients en rémission d'une hémopathie maligne.

Le programme APACCHE combine des séances de Cohérence Cardiaque (CC) et d’Activités Physiques Adaptées (APA) pour accompagner des patients en rémission d’une hémopathie maligne dans le retour à une vie active autonome. Les patients inclus dans le protocole APACCHE ont été randomisés en deux groupes : APA seule versus APA et CC. Avant de démarrer les interventions (T1), après six semaines (T2), après 12 semaines (fin des interventions) (T3) et trois mois plus tard (T4), les participants sont évalués sur la base d’une visite médicale, de tests physiques, et de questionnaires sur la qualité de vie, la fatigue, et l’anxiété-dépression. L’objectif de l’étude présentée ici était de déterminer en quoi le protocole APACCHE permettait de répondre à des besoins identifiés chez les patients inclus dans le dispositif.
A T4, des entretiens semi-directifs menés avec 12 patients ont permis de réaliser une évaluation qualitative du programme. Interrogés sur leur expérience de la maladie et de la thérapie, les patients ont pu expliquer le rôle de l’APA et de la CC sur l’amélioration de leur vie quotidienne.
Les résultats montrent que le programme APACCHE a permis d’améliorer la qualité de vie perçue par les participants et par leur entourage, à travers ses dimensions physiques, psychologiques/cognitives et sociales. Les exercices de cohérence cardiaque sont plus spécifiquement intervenus dans la recherche de bien-être et de relaxation, de retour à un meilleur sommeil, d’équilibre émotionnel (apaisement), mais aussi dans la gestion de la douleur.
La complémentarité des deux types d’interventions (APA et CC) favorise un reconditionnement physique du « corps éprouvé » (Bourgeois-Guérin, 2013) et une régulation psycho-émotionnelle en réponse aux symptômes de « détresse » (Ménoret Marie et al, 2010) amenant les patients à retrouver une capacité d’agir.

Impact de la therapie manuelle prevention et traitemnt des cervicalgies refractaires

Introduction
Les troubles musculo-squelettiques douloureux et invalidants restent répandus.
nous avons évalué si la thérapie manuelle dans les cervicalgies améliore les facteurs impliqués dans la chronicité et participe a la revalidation dans les situations réfractaires .
Cette approche pratique permet aux ostéopathes d’évaluer et d’intervenir en présence de troubles fonctionnels (OMS, 2010b) avec une approche interprofessionnelle (Kluba et al., 2014; Williams, Wilkinson, Stott et Menkes, 2008). L’ostéopathie pourrait jouer un rôle dans la réduction des coûts de santé (Cerritelli et al., 2013)
Objectif :
Le but de cette étude  est d’évaluer l’impact de la thérapie manuelle dans le cadre d’une synergie thérapeutique sur les douleurs musculo-squelettiques cervicales chez une population de douloureux chroniques aspécifiques ou réfractaires aux diverses stratégies médicamenteuses ou anesthésiques
Méthode : 
Étude prospective qualitative descriptive
Pour évaluer l’impact de la thérapie manuelle nous avons utilisé une échelle visuelle analogique (EVA) de la douleur
L’échelle Mymop  , le neck disability index, pour coter l’évolution fonctionnelle et des paramètres  Dans une   cohorte obervationnelle .
Résultats 
. divers paramètres : diagnostic, test scoring et synergies thérapeutiques associées
critères fonctionnels d évolution au terme de 5consultations
Les préalables montrent une amélioration significative de l intensité douleur et de la fonctionnalité
Conclusion et discussion
l’effet de la thérapie manuelle  par rapport aux thérapies recommandées, thérapies non recommandées, SMT factice (placebo) et SMT thérapie adjuvante en synergie est évaluée  dans plusieurs metanalyses .
La plupart des études examinent  l’effet du SMT dans un contexte pragmatique et  donc sont  considérées comme  preuves les plus solides.
Cependant on peut se  demander si des études supplémentaires sont nécessaires, et il est discutable si des études qui examinent l’effet de la SMT par rapport aux thérapies non recommandées ou aux thérapies factices (placebo) ajouteront davantage à notre compréhension.

EVALUATION D'UN TRAITEMENT DE MICROKINESITHERAPIE SUR 300 LOMBALGIQUES

Une population de 237 sujets lombalgiques a répondu à un questionnaire explorant cette pathologie, avant et 2 fois après une séance de microkinésithérapie. Une seule séance a permis d’améliorer l’ensemble des patients d’une façon significative aussi bien sur leur douleur que sur leur déficit moteur. L’amélioration débute au moins dès le 2° jour après l’intervention et perdure jusqu’au 6° jour. Les patients sont globalement améliorés de la même façon compte tenu des corrélations qui existent entre les différents indices (IGL) et l’amélioration porte sur tous les types d’incapacités.

Influence d'un environnement visuel contrôlé lors d'une prise en charge ostéopathique de patients rachialgiques: essai clinique randomisé

Le placebo est un puissant moteur de la guérison du patient en améliorant l’effet physiologique dû au seul traitement. En ostéopathie, le placebo reste toutefois peu étudié en tant que composante à part entière du traitement, et il est essentiellement utilisé comme contrôle pour évaluer l’efficacité d’une intervention. La question se pose de savoir s’il est possible de potentialiser l’effet placebo et sa conséquence, la réponse placebo, lors d’un traitement ostéopathique, afin d’améliorer l’efficacité physiologique de ce dernier. Notre étude investigue plus particulièrement la composante environnementale du placebo en évaluant si un environnement visuel influence l’efficacité du traitement.
50 patients rachialgiques de 18 à 45 ans ont été randomisés en deux groupes de 25 individus ignorant leur assignation : un groupe Placebo traité dans une salle avec un environnement visuel optimisé (décoration optimisée suivant la littérature), un groupe Contrôle dans une salle neutre. L’efficacité de l’intervention a été évaluée par le questionnaire Owestry. Un questionnaire évalue l’attente et la satisfaction du patient liées à l’environnement et au traitement. L’analyse des données a été effectuée en insu du praticien réalisant les manipulations ostéopathiques.
Les résultats préliminaires de la première séance montrent que la prise en charge a permis de réduire significativement la douleur dans les deux groupes (Contrôle : 9,30 à 4,25 ; Placebo : 8,83 à 4,5), mais que l’environnement visuel n’affecte pas l’efficacité du traitement (différence non significative entre les deux groupes). Néanmoins, la satisfaction des patients quant à la séance est légèrement meilleure dans le groupe Placebo (100% trouvent que rien n’est à améliorer) que dans le groupe Contrôle (91,7% de complètement satisfaits).
La composante visuelle du placebo pourrait être limitée dans la prise en charge de patients rachialgiques, ce qui soulignerait l’efficacité physiologique majeure du traitement chez ces patients. L’étude nécessite d’être poursuivie.

Endométriose, douleur et fasciathérapie : enquête auprès de 127 praticiens.

Cette enquête a été menée auprès de 127 praticiens en fasciathérapie, afin d’interroger leur expérience concernant l’endométriose. Dans ce questionnaire en ligne, un certain nombre de questions étaient orientées sur la douleur.
Pour ce qui concerne les thérapeutes, 78% des interrogés utilisent la fasciathérapie dans le traitement de l’endométriose. 22% l’utilisent en association avec une autre intervention thérapeutique et 10% avec une technique de relaxation. En moyenne, 9 séances sont réalisées.
Quand on les interroge sur les INM auxquelles font appel leurs patientes, seulement 13% des praticiens disent qu’elles ne font appel qu’à la fasciathérapie. Il en ressort donc que la fasciathérapie s’intègre dans une prise en charge multi-INM.
Le motif de consultation était l’endométriose pour 63% des patientes, mais pour les 2/3 d’entre elles, il s’agissait également de douleurs lombaires, viscérale et/ou pelvipérinéale. Pour 91% des patientes, les attentes concernaient la sédation de la douleur. Il apparait donc que la douleur est au centre des préoccupations des patientes souffrant d’endométriose.
L’efficacité de la fasciathérapie était satisfaisante pour 73% des thérapeutes, notamment pour son efficacité sur la douleur (42% d’entre eux). Quand les thérapeutes ne sont pas satisfaits, c’est en général pour un manque de durabilité de la sédation de la douleur.
Enfin, les praticiens rapportent que les patientes modifient parfois (37%) ou souvent (42%) leur traitement médicamenteux du fait des séances de fasciathérapie. Dans 87% des cas, il s’agit d’une diminution de la prise d’antalgiques.
Il apparait donc que la fasciathérapie permet, du point de vue des praticiens qui l’exercent, d’obtenir une certaine efficacité sur la prise en charge des douleurs de l’endométriose.

Douleur et Techniques Réflexes

Douleur : “”Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle, ou décrite dans des termes évoquant une telle lésion””, définition par l’Association Internationale pour l’Etude de la Douleur (IASP).
Le stimulus nociceptif est activé “”en périphérie”” par une agression tissulaire au niveau d’une zone anatomique par une énergie (mécanique, électrique, thermique, ou chimique). Le stimulus nociceptif emprunte les voies de la douleur à travers la moelle avec ses systèmes de modulation avant d’arriver au cerveau où se déclenche “”la perception douloureuse”” représentant l’intégration cérébrale du message douloureux.
A partir du thalamus, l’influx se propage vers les différentes régions cérébrales impliquées dans l’intégration du message douloureux. Les perceptions et sensations de la douleur sont amplifiées par le STRESS, qui génère systèmatiquement un hyperfonctionnement du système nerveux. Le système nerveux étant étroitement lié au système hormonal, une cascade de réactions chimiques se déclenche, entraînant divers troubles observables.
Les Techniques Réflexes conjonctives, périostées et dermalgies viscéro-cutanées (contribution ostéopathique à la réflexologie)-Méthode E.Breton visent la diminution de l’hyperactivité du système nerveux sympathique dans les troubles fonctionnels, douleurs articulaires et musculaires. Leurs propriétés antalgiques permettent de soulager certaines douleurs en activant un réflexe depuis une zone du derme. L’information sensorielle est transformée en influx nerveux et transmise au système nerveux (périphérique, central et végétatif). Il provoque également une modulation de la sécrétion de neuromédiateurs et/ou de neurohormones.
Le toucher réflexe peut faire secréter des endorphines au départ du cerveau, ce qui apporte un sentiment de bien-être, un effet apaisant ou régénérant.
En agissant sur les commandes neurohormonales et neurovégétatives par les techniques réflexes, il est possible de réguler le métabolisme de la personne, de baisser le niveau de stress, diminuer la perception douloureuse voire soulager la douleur. “

Apport d'une innovation en reprogrammation neuro-motrice dans les pathologies de l'épaule

La production d’une action motrice obèit à  un certain nombre de lois invariantes comme celles des voies motrices, et inclut également des différences liées aux informations proprioceptives individuelles. Celles-ci nées de l’action au sein même de l’appareil locomoteur sont la source de la conscience du mouvement et intègrent les fonctions cognitives.(1) Ce concept est à  l’origine de la reprogrammation neuro-motrice selon le Procédé Allyane dont l’objeectif est de :
– désamorcer un geste non fonctionnel
– reprogrammer une fonction motrice adaptée
La plasticité cérébrale permet ces modulations fonctionnelles favorisées par la représentation mentale (2).
Guidé par le thérapeute, le patient génère lui-même les éléments nécessaires à  la création de son nouveau modèle d’action en fournissant ses propres sensations proprioceptives par la représentation mentale. Ce travail essentiellement cognitif, de concentration, apprentissage et mémoire est favorisé lors d’une activité cérébrale en mode alpha obtenue par l’écoute simultanée de séquences de sons de basses fréquences.
L’impact thérapeutique de ce procédé dans les problèmatiques douloureuses chroniques de l’épaule est ici illustré à  partir d’une analyse rétrospective de cas cliniques.

Interventions Nutritionnelles

Ganoderma lucidum : le champignon d'immortalité, nouvel allié dans la lutte contre la douleur induite lors de traitement anticancéreux

About two hundred Plantago species are worldwide distributed. Several Plantago species, i.e., P. asiatica, P. lanceolata, P. major and P. ovata are well-known as antibacterial, anti-inflammatory, antioxidant [1]. Indeed, they are used in traditional medicines as intestinal transit regulators, insect bites, eye irritation, for wound healing property as well as to relieve pain or to act on inflammatory symptoms in several chronic diseases (irritable bowel syndrome, chronic bronchitis…). Seeds of several species produce mucilage which explains both traditional and current uses as natural laxative agent based on changes in the intestinal resorption of lipids and sugars [2]. Leaves of Plantago species produce iridoids, phenolic compounds and cinnamic acid derivatives [3]; these bioactive molecules from plantains extracts are used in the treatment of eye pathologies or respiratory tract diseases. In the present work [4-5], we evaluate and discuss on Plantago species uses to prevent or treat human affections with a base of pain or inflammation comparing various experimental approaches (in vitro, in vivo, clinical trials).
1- Fons F., Gargadennec A., Rapior S. Culture of Plantago species as bioactive components resources: a 20-year review and recent applications. Acta Bot. Gallica 2008; 15(2), 277-300.
2- Sarfraz R.M., Khan H., et al. Plantago ovata: a comprehensive review on cultivation, biochemical, pharmaceutical and pharmacological aspects. Acta Pol. Pharm. 2017; 74(3), 739-746.
3- Ravn H., Nishibea S., et al. Phenolic compounds from Plantago asiatica. 1989; 29(11), 3627-3631.
4- Fernández-Bañares F., Hinojosa J., et al. Randomized clinical trial of Plantago ovata seeds as compared with mesalamine in maintaining remission in ulcerative colitis. Spanish Group for the Study of Crohn’s Disease and Ulcerative Colitis. Am. J. Gastroenterol. 1999; 94(2), 427-433.
5- Núñez Guillén M.E., da Silva Emim J.A., et al. Analgesic and anti-inflammatory activities of the aqueous extract of Plantago major L. Int. J. Pharmacognosy 1997; 35(2), 99-104.

Nutrition et neutraceutiques : prévention et traitement des douleurs chroniques chronicite

Les patients souffrant de douleurs chroniques ont très souvent de nombreuses comorbidités.
La littérature insiste sur l’impact de l’intestin et du microbiote sur la santé vu le lien direct entre ce dernier et l’axe neuro-immune-endocrinien. Une dysbiose peut à elle seule occasionner un état inflammatoire, berceau de toutes pathologies ainsi qu’une malabsorption secondaire. De nombreux patients présentent également un stress oxydatif étroitement lié à ces dysfonctionnements.
Le microbiote humain, appelé? le deuxième génome, forme un défi additionnel pour optimaliser la délivrance du médicament et la réponse thérapeutique.
Des stratégies thérapeutiques qui ciblent la neuro inflammation et qui agissent synergétique sur l’immunité cellulaire, les cellules gliales et neurones, la plasticité synaptique et la douleur forment de nouvelles options dans la prise en charge.
Une inflammation excessive augmente les lésions tissulaires induites par les radicaux libres, entrave les mécanismes de guérison et réduit le pH à un niveau ou les réactions enzymatiques, essentiels aux fonctions cellulaires, ne sont plus optimisées.
La médecine nutritionnelle agit sur le fonctionnement même de l’organisme afin d’en améliorer l’homéostasie. Il vise une optimalisation de l’écosystème intestinale et du système de détoxication du foie.
Les aliments manipules et les médicaments tels que les inhibiteurs de la pompe à protons, NSAID’s, antibiotiques, stéroïdes et hormones peuvent influencer le microbiote.
La nutrition adaptée peut être une option dans la prise en charge de la douleur réfractaire comme traitement et prévention. Le traitement vise une synergie dans les mécanismes d’action des traitements afin d’améliorer la qualité de vie, de réduire le besoin en xénobiotiques et les effets secondaires.
Une revue de la littérature sur l’importance du microbiote associant des neutraceutiques soutient la  multi modalité thérapeutique et  résultats présentés au sein d’une cohorte observationnelle.

Transferts de microbiotes digestifs (12 cas cliniques)

Objectifs
Étude semi-empirique du TMF en pratique libérale sur des cas ponctuels de pathologies variées dans lesquelles la participation pathogène du microbiote fécal est fortement suspectée et dont les traitements classiques sont soit inefficaces, soit impliquent des risques objectifs bien supérieurs à ceux du TMF.
Méthodes:
Limites éthiques (rapport risque / bénéfice) et médico-légales (allégement des recommandations), engagements de confiance tripartite. Choix du destinataire. Sélection des donneurs. Méthodes de préparations et de transferts. Réhabilitation de la « soupe jaune » de la médecine traditionnelle du 4ème siècle.
Résultats:
Entre mars 2015 et octobre 2016, 10 patients (6 femmes, 4 hommes), 15 FMT. Indications (parfois associées): surpoids, dysmétabolisme, diabète, maladie de Parkinson, colite inflammatoire, colite infectieuse, hépatite auto-immune, sclérose en plaques, bipolarité et constipation. Évaluations cliniques et biologiques sous forme de tableaux.
Conclusions:
Réponse positive = implication microbienne hautement probable
Réponse négative ou partielle = erreur de méthode possible (choix du donneur, mode et fréquence de l’instillation
Limites de l’étude: Peu de patients et TMF par patient et peu de suivi.
Outils d’amélioration: Démystifier. Réduire les contraintes sécuritaires. Essais multicentriques, Préserver la biodiversité de l’écosystème le plus complexe de la planète, représentant 90% des unités fonctionnelles de l’organisme au sein d’un système racinaire étendu sur 400m²,  en étroite relation avec la quasi-totalité de nos fonctions somatiques et psychocomportementales.

Efficacité et tolérance de Qiseng®, un complément alimentaire à base de Panax quinquefolius, dans la fatigue et les troubles cognitifs post-cancer

Les patients traités pour cancer peuvent souffrir, parfois longtemps, de fatigue et de troubles cognitifs et émotionnels. En cause, l’activation de voies inflammatoires au niveau cérébral (hippocampe). Or des extraits de ginseng américain, Panax quinquefolius (Pq), ont diminué efficacement la fatigue persistante chez des patients cancéreux (Barton 2013). Qiseng®, un complément alimentaire à base d’extrait de Pq a été évalué versus placebo dans un modèle expérimental de troubles cognitifs chimio-induits. De nombreux tests comportementaux ont évalué l’impact sur l’activité, les comportements anxieux et la cognition. Des marqueurs inflammatoires ont été mesurés dans des échantillons sanguins et cérébraux. La chimiothérapie a provoqué une réduction considérable de l’activité locomotrice (p<0,001) et de l’exploration, signe d’anxiété (p<0,01), et des déficits cognitifs (p<0,001). La co-administration de Qiseng® compense totalement l’altération de l’activité et le comportement anxieux. Alors que la chimiothérapie est associée à une surproduction de cytokines pro-inflammatoires, l’augmentation d’IL-6 et de MCP-1 est spécifiquement neutralisée par la co-administration de Qiseng®, de même que l’inhibition chimio-induite de la neurogénèse dans l’hippocampe ventral. Dans ce modèle, Qiseng® réduit l’inflammation associée aux troubles cognitifs et émotionnels chimio-induits, piste prometteuse pour traiter les patients qui en sont affectés, et notamment ceux souffrant de fatigue liée au cancer.

Lippia multiflora anti-inflammatory potential for nociception management

Introduction and purpose of the study: Siparuna guianensis Aublet, was the first species of Siparuna described and illustrated by Aublet in Histoire des plantes de La Guyane Françoise (1775). However,there is little scientific research on this plant. It is a plant that has very important medicinal potential because it has a wide ethnobotanical interest, including the treatment of stomach disorders, malaria, hypertension, migraines, rheumatism. It is also used against snake bites, as a postnatal bath and as insect repellent treatment.
This study based on in vitro tests explores the anti-inflammatory activity of the 2 leaf extracts (methanolic and
aqueous) of Siparuna guianensis by the quantification of nitric oxide (NO) and tumor necrosis factor α (TNFa)
produced by activated J774.A1 cells (murine macrophage cell line).
Materials and methods: Our study, based on in vitro tests, explores the anti-inflammatory activity of the 2 extracts
of leaves (methanolic and aqueous) of Siparuna guianensis by the quantification of nitric oxide (NO) and tumor necrosis factor α (TNF α) produced by J774.A1 cells activated (murine macrophage cell line).
Results and discussions: We found that after exposing cells to different concentrations of extracts, the absorbances obtained are similar to those of the cell control. This result indicates that the number of viable cells does not vary after 24 hours of incubation. The anti-inflammatory capacity of Siparuna guianensis extracts was evaluated using the NO determination by the Griess method. The results showed that the methanolic extract inhibits the production of NO in a way concentration-dependent with a maximum value of 71.77% at 80 μg / mL.
As for the aqueous extract, we observed a more effect moderate with a maximum inhibition of 18% at 80 μg / mL.
The 2 extracts did not show any effect on TNFα evaluated by an Elisa test in culture supernatants.

Focus on Plantago species used in human affections with a base of pain or inflammation

About two hundred Plantago species are worldwide distributed. Several Plantago species, i.e., P. asiatica, P. lanceolata, P. major and P. ovata are well-known as antibacterial, anti-inflammatory, antioxidant [1]. Indeed, they are used in traditional medicines as intestinal transit regulators, insect bites, eye irritation, for wound healing property as well as to relieve pain or to act on inflammatory symptoms in several chronic diseases (irritable bowel syndrome, chronic bronchitis…). Seeds of several species produce mucilage which explains both traditional and current uses as natural laxative agent based on changes in the intestinal resorption of lipids and sugars [2]. Leaves of Plantago species produce iridoids, phenolic compounds and cinnamic acid derivatives [3]; these bioactive molecules from plantains extracts are used in the treatment of eye pathologies or respiratory tract diseases. In the present work [4-5], we evaluate and discuss on Plantago species uses to prevent or treat human affections with a base of pain or inflammation comparing various experimental approaches (in vitro, in vivo, clinical trials).
1- Fons F., Gargadennec A., Rapior S. Culture of Plantago species as bioactive components resources: a 20-year review and recent applications. Acta Bot. Gallica 2008; 15(2), 277-300.
2- Sarfraz R.M., Khan H., et al. Plantago ovata: a comprehensive review on cultivation, biochemical, pharmaceutical and pharmacological aspects. Acta Pol. Pharm. 2017; 74(3), 739-746.
3- Ravn H., Nishibea S., et al. Phenolic compounds from Plantago asiatica. 1989; 29(11), 3627-3631.
4- Fernández-Bañares F., Hinojosa J., et al. Randomized clinical trial of Plantago ovata seeds as compared with mesalamine in maintaining remission in ulcerative colitis. Spanish Group for the Study of Crohn’s Disease and Ulcerative Colitis. Am. J. Gastroenterol. 1999; 94(2), 427-433.
5- Núñez Guillén M.E., da Silva Emim J.A., et al. Analgesic and anti-inflammatory activities of the aqueous extract of Plantago major L. Int. J. Pharmacognosy 1997; 35(2), 99-104.

Evaluation of In Vitro Anti-Inflammatory Potential of Shiitake from Various Growing Conditions: Preliminary Results.

Pain, increase of body temperature, skin redness and swelling are the main symptoms of the inflammatory process. Inflammation is a well-known contributing factor to many age-related chronic diseases. Mycotherapy is one strategy to prevent or suppress inflammation. Lentinula edodes (Shiitake) is an edible mushroom grown and marketed due to its nutritional and medicinal properties [1-2]. Shiitake has multiple pharmacological activities as antitumor, antioxidant and anti-inflammatory effects [3-4]. Our work focused on the comparison of anti-inflammatory activity of Shiitake fruit bodies cultivated by three mushroom producers in the French Occitanie region using the same strain in various growing conditions (organic and non-organic). Sequential extraction was performed on freeze dried fungal materials. The anti-inflammatory activity of the ethanol and aqueous extracts was evaluated on in vitro model of murine inflammatory macrophages. Regarding results of the polar extracts tested, all ethanol extracts inhibit significantly NO and to a lesser degree TNFα productions in a concentration-dependent manner thus suggesting Shiitake potential interest in the treatment against neurogenic inflammation. On the other hand, the inhibition observed for aqueous extracts (NO and TNFα productions) remains low whatever organic and non-organic fungal materials. Regarding the growing conditions used, our study shows few significant differences in the anti-inflammatory activities among the Shiitake extracts from the three French mushroom producers [5]. However, supplementary experiments will need to be conducted before Shiitake is used for its anti-inflammatory potential to prevent and treat pain associated with inflammation.
[1] Poucheret P., Fons F., Rapior S., 2006 Cryptogamie, Mycologie, 27(4), 311-333.
[3] Yin Y., Fu W., Fu M., He G., Traore L., 2007. Asia Pacific Journal of Clinical Nutrition, 16(1), 258-260.
[5] Diallo I., Boudard F., Morel S., Vitou M., Guzman C., Saint N., Michel A., Rapior S., Traoré L., Poucheret P., Fons F., 2020. International Journal of Medicinal Mushrooms (in press).

Optimization of analgesic and anti-inflammatory effects of rhizome extracts from Canna edulis

Canna edulis plant is a perennial and rhizomatous plant widely used in traditional medicine in Asian countries in the treatment of rheumatism, wounds, fevers and edemas. Its different parts have many biological activities including an antinociceptive activity comparable to pentazocine,it is also known for its anti-inflammatory and antioxidant properties due to its richness in polyphenols and associated bioactive compounds. Regarding pain relief effect, the objective of our work is to optimize this biological ativity from canna extracts, first by intervening on production conditions and second through bioguidance of the extraction technique in order to optimize anti-inflammatory and antalgic compounds.
We carried out agronomic observations on 6 experimental Canna crops over a one year period on two different sites in Reunion island. Rhizome samples are analyzed for phenolic compounds content (HPLC and Folin-Ciocalteu method) and identification by HPLC-MS.
Correlations between concentrations of the rhizome compounds and indicators characterizing the stages of development are observed, which has made it possible to quantify concentrations of rosmarinic acid reaching up to 1116 mg / 100g DM, a well known antalgic metabolite.
A three-factor, three-level Box-Bhenken design was used to generate Canna extracts from the rhizome. The extraction temperature, the extraction time and the solid / liquid ratio (g / L) were the independent variables studied. The polyphenols were extracted from the rhizome by ultrasound, total phenols was 1062 mg AGE/100g, anti-oxidant DPPH level was 6.6115% reduced DPPH and ORAC was 5649.93 µm Trolox equivalent correlating with anti-inflammatory properties.
These preliminary results and associated data allow us to modulate the content in bioactive agents playing a role in inflammation and antinociceptive effect of Canna flour which could constitute a good source of carbohydrates, devoid of gluten and having a significant anti-inflammatory and antalgic activity.

Evaluation of the antioxidant activity of Annona squamosa, Ocimum basilicum and Tapirira guinensis with a view to modulating the associated inflammatory and algal processes

Annona squamosa, Tapirira guianensis and Ocimum basilicum are plants from tropical regions known for their richness in phytochemical compounds such as polyphenols, flavonoïds, alkaloids and diterpenes. They are used in the treatment of several pathologies such as digestive disorders and inflammation diseases as well as pain.  The objective of our study is to assess the antioxidant activity of the three plant extracts by two anti-radical tests: the ORAC test (Oxygen Radical Absorbance Capacity) and DPPH (2,2-diphenyl-1-picrylhydrazyl radical) as a preliminary investigation direct / indirect of anti-inflammatory and analgesic pharmacological activities. The DPPH and ORAC described by Morel et al.(2018).
According to the results of the antioxidant power from the ORAC test of the three medicinal plants, the highest antioxidant activity was recorded by Ocimum basiliricum (5.71 µmol TE/mg of dry extract) while Tapirira guianensis (1.85µmol TE/mg ) and Annona squamosa (1.22 µmol TE/mg) demonstrated less potent activity compared to rosemary (2.65 µmol TE/mg ). With regard to the DPPH test results, the lowest free radical scavenging power was recorded in Annona squamosa extract (IC50=0.43 mg/ml) while Tapirira guinensis showed a higher activity with an IC50of 0.04 mg/ml compared to Ocimum basilicum(IC50=0.13 mg/ml).
The results obtained from the two tests suggest that Tapirira guianensis and Ocimum basilicum have a higher antioxidant activity compared to Annona squamosa, these plants are studied for their richness in polyphenols which are promoters of protection against cellular damage that may be caused by free radicals. They are also being explored to modulate inflammatory processes, as suggested by our preliminary results, as well as the nociception linked to tissue inflammation or pain associated with spasms of smooth muscles.

Interventions Elémentaires

Evaluation d un complément nutritionnel sur les douleurs gynécologiques

Etude d’un complément nutritionnel
Patientes présentant des douleurs pelviennes : dysménorrhée, syndrome prémenstruel, douleurs chroniques.
Intérêt d’un complexe antalgique, anti-inflammatoire et anti-oxydant en phytothérapie
Les troubles liés au syndrome prémenstruel et aux douleurs pelviennes chroniques sont un  motif   de consultation très  fréquent : source de gêne, d’inconfort et de trouble de l’humeur qui perturbent la qualité de vie des femmes.
Ce complexe de plantes permet de limiter la douleur, diminue l’inflammation, la  rétention d’eau et les  douleurs chroniques.
La douleur a été évaluée avant et sous traitement par questionnaire au cours de 3 mois d’intervention non médicamenteuse. Méthode utilisée d’évaluation des douleurs : EVA (échelle visuelle analogique)

Amélioration de la douleur et de l'anxiété après une session d'oxygénation.

Dans le cadre d’une enquête de satisfaction, la douleur et l’anxiété de 10 volontaires en SSPI se sont améliorées de 100 % après une session respiratoire de 2 min de Bol d’air Jacquier Aéro2®. Plusieurs hypothèses sont émises pour expliquer ces observations.

Prévention de l’apparition de complications de la maladie covid-19 par photomodulation : étude randomisée, en double aveugle

La Covid-19 est une zoonose virale dont les symptômes communs sont une fièvre, une toux sèche et de la fatigue. Cette maladie est provoquée par le Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 (SARS CoV 2) qui est un virus enveloppé, ARN simple brin.
La photomodulation est une technique naturelle qui applique le rayonnement de lasers à faible niveau (faible puissance) ou des diodes électroluminescentes (LED) sur le corps ou les surfaces biologiques.
La mise en route d’une étude clinique sur l’effet de la photomodulation sur la maladie covid-19 devra combiner une action antivirale, une action contre les complications des voies aériennes et une action anti-inflammatoire.
Liu TCY, en 2003, suggère que la photobiomodulation a une influence sur les mécanismes de transduction du signal des récepteurs membranaires des coronavirus. Une recherche bibliographique sur l’effet potentiel de la photobiomodulation sur les virus retrouve essentiellement des études sur le virus HSV chez l’homme, avec des améliorations des signes cliniques provoqués par ce virus à tropisme neurologique (douleur, récurrence, dimension des lésions).
Des études humaines, à bas niveau de preuves et de nombreuses études animales démontrent également un effet de la photomodulation avec une longueur d’onde de 660 nm appliquée sur le thorax sur les pathologies de l’appareil respiratoire. Ces travaux indiquent que la photomodulation permettrait de diminuer l’inflammation, effet qui pourrait être utilisé lors de la “tempête de cytokines” décrite dans certaines formes graves de la covid-19.
Ce projet est mené sur un appareil ATP 38® (Swiss Bio Inov S.A.), appareil de phomodulation qui utilise la technologie des SCC (Semi-Conducteur Collimaté) permettant d’utiliser une longueur d’onde de 660 nm et une lumière « placebo » sur le bras contrôle.
L’objectif principal de cette étude sera d’évaluer l’impact de la photomodulation sur l’évolution du tableau clinique syndromique induit par l’infection au SARS-CoV-2.

Méthodologie

NISHARE : La base de données partagée des documents académiques s’intéressant à l’évaluation des interventions non médicamenteuses (INM).

Les professionnels de la prévention, de la santé et du social font de plus en plus appel aux interventions non médicamenteuses (INM). Elles se distinguent des campagnes promotionnelles de santé publique (e.g., règles hygiéno-diététiques), des médecines alternatives (e.g., médecines parallèles), des pratiques socio-culturelles (e.g., pratique artistique, spirituelle, occupationnelle). Il manquait dans l’écosystème des INM un système ouvert de stockage et de partage de documents académiques non publiés dans une revue scientifique, de toutes les langues et de tous les types de méthode d’évaluation des INM.

Propositions d’experts pour l’évaluation des interventions non médicamenteuses (INM) dans les maladies du cerveau

Suivre l’usage d’une approche non médicamenteuse auprès d’une personne souffrant d’une maladie du cerveau est nécessaire mais insuffisante pour attester de sa pertinence, de ses bénéfices sur la santé et de de sa sécurité. Les preuves d’efficacité doivent être apportées par des études rigoureuses dont le processus ne suit pas strictement celui des médicaments ou des dispositifs médicaux.
Des experts français proposent une grille d’évaluation de ces interventions, appelées interventions non médicamenteuses (INM) par les scientifiques (Ninot, 2020).

Connaître les études comparatives sur les INM pour mieux vieillir

Les professionnels de la prévention, de la santé et du social travaillant avec des personnes de plus de 60 ans recourent de plus en plus aux pratiques non pharmacologiques (Ballard et al., 2011; Gow et al., 2012). Ces méthodes ciblées et personnalisées sont nommées par les scientifiques des interventions non médicamenteuses (INM). Elles se distinguent des médecines alternatives, des pratiques socio-culturelles et des messages promotionnels de santé publique (Ninot, 2019). Les INM sont des méthodes psychologiques, corporelles, manuelles, numériques, nutritionnelles ou élémentaires (Fig. 1). Elles sont non invasives et complémentaires des autres approches (Fig. 2). Elles sont fondées sur la science et en particulier sur des études interventionnelles (Fig. 3) . Elles ont pour objectifs (1) de soulager des symptômes, (2) de prévenir des maladies, (3) d’augmenter l’autonomie, (4) de renforcer l’état de santé, (5) d’améliorer la qualité de vie, (6) et de prolonger la vie sans perte de qualité de vie (successful aging). De nombreux chercheurs et praticiens signalaient des difficultés à identifier les études comparatives (aussi appelées interventionnelles ou cliniques) pertinentes évaluant les bénéfices et les risques des INM pour mieux vieillir (Hoffmann et al., 2013; Ninot, 2019). Une équipe de la Plateforme universitaire CEPS a pensé un système numérique à cette fin.

Connaître les publications d’études comparatives sur les INM en prévention et soin des cancers

Les professionnels de la lutte contre le cancer recourent de plus en plus aux interventions non médicamenteuses (INM). Elles se distinguent des médecines alternatives, des pratiques socio-culturelles et des campagnes de santé publique (Ninot, 2019). Ces méthodes ciblées et personnalisées s’intègrent dans le parcours de soin oncologique. Elles sont fondées sur la science, et en particulier sur des études interventionnelles (Ninot, 2020). Elles visent à (1) atténuer les symptômes du cancer et de ses traitements (fatigue, anxiété, douleur…), (2) prévenir la survenue ou la récidive d’un cancer, (3) prévenir des comorbidités, (4) améliorer l’état général de santé et la qualité de vie, (5) et à augmenter la durée de vie sans perte de qualité de vie. De nombreux chercheurs constatent des difficultés à identifier les publications d’études interventionnelles sur les INM dans la littérature (HAS, 2011). Les principales bases de données mondiales sont spécialisées dans une approche disciplinaire (biomédicale pour Pubmed, psychologique pour PsyInfo…), alors que par essence les INM font appel à des mécanismes biopsychosociaux et des contenus associant plusieurs composants (techniques, ingrédients…). Par ailleurs, la transformation numérique de l’édition scientifique ces 10 dernières années a diversifié l’offre de publication d’articles (Open Journals, Archive Ouverte…) de telle manière que de nombreuses études et publications échappent aux bases de données classiques. Ce système inédit, dédié à la prévention des cancers et aux soins de support en oncologie, et spécifique aux INM, se nomme INMCancer.

301 revues de littérature scientifique sur les INM publiées en 2019

Nous souhaitions connaître le nombre de revues narratives, de revues systématiques et de méta-analyses publiées dans la littérature internationale en 2019 sur les interventions non médicamenteuses (INM) et leur couverture thématique dans le domaine de la santé. Ces revues nourrissent très souvent des rapports académiques (e.g., Falissard et al., 2011-2019) et des recommandations des autorités de santé (e.g., HAS, 2011; OMS, 2013). Nous avons donc mené une revue systématique identifiant tous les articles des études publiées en 2019 dans une revue scientifique ou médicale à comité de lecture.

NIRI : L'annuaire mondial des chercheurs et des organismes de recherche sur les interventions non médicamenteuses (INM)

Les professionnels de la prévention, de la santé et du social font de plus en plus appel aux interventions non médicamenteuses (INM). Elles se distinguent des médecines alternatives, des pratiques socio-culturelles et des messages promotionnels de santé publique (Ninot, 2019). Ces méthodes sont ciblées et personnalisées. Selon la Plateforme CEPS (2017), une INM « est une intervention non invasive et non pharmacologique sur la santé humaine fondée sur la science. Elle vise à prévenir, soigner ou guérir un problème de santé. Elle se matérialise sous la forme d’un produit, d’une méthode, d’un programme ou d’un service dont le contenu doit être connu de l’usager. Elle est reliée à des mécanismes biologiques et/ou des processus psychologiques identifiés. Elle fait l’objet d’études d’efficacité. Elle a un impact observable sur des indicateurs de santé, de qualité de vie, comportementaux et socioéconomiques. Sa mise en œuvre nécessite des compétences relationnelles, communicationnelles et éthiques ». Les INM sont classées de la manière suivante :

ÉVALUATION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES INTERVENTIONS NON-MÉDICAMENTEUSES (INM) : CAS APPLIQUÉ AU TRAITEMENT DE LA DÉPRESSION EN FRANCE

INTRODUCTION : Le faible développement de prescriptions d’INM en pratique courante par rapport aux recommandations contraste avec l’utilisation grandissante par la population générale d’alternatives de bien-être, de pratiques socio-culturelles, de médecines parallèles non encadrées, etc. pour se soigner. Des attentes majeures existent concernant leurs aspects réglementaires, leurs évaluations scientifiques, l’estimation de leur impact financier, et leur prise en charge éventuelle. Dans le cas de maladies complexes comme la dépression, le recours à des solutions de prévention et d’interventions thérapeutiques multiples et individualisées devient une nécessité. Dès lors, il est attendu le développement d’études médico-techniques et médico-économiques afin d’évaluer ces stratégies innovantes.
OBJECTIFS : Evaluer et comparer les coûts globaux et l’intérêt médical en termes de qualité de vie du patient associés aux différentes stratégies thérapeutiques utilisées en France dans le traitement de la dépression en incluant les INM.
METHODE : Un modèle médico-économique sera développé afin de simuler la progression de patients atteints de dépression traités avec différentes stratégies thérapeutiques incluant des INM. Les choix structurants de l’analyse seront fondés sur les recommandations méthodologiques de la Haute Autorité de Santé. Les données utilisées seront dérivées de la revue de la littérature cliniques et économiques, ainsi que de données françaises en vie réelles.
RESULTATS : Le résultats attendus incluront le ratio différentiel coût-résultat (RDCR) des INM par rapport aux antidépresseurs, et du RDCR de la stratégie de prise en charge des INM par rapport à la situation actuelle en France. Les résultats pourront être enrichis en considérant une approche de type coût-bénéfice pondérée par des coefficients de préférences françaises pour prendre en compte les niveaux de salaire des patients.
CONCLUSIONS : Les conclusions porteront sur l’efficience des INM en France, et en particulier des psychothérapies, ainsi que sur leur prise en charge par la collectivité dans le traitement de la dépression.

Intérêt du public pour les pratiques de santé complémentaires en vie réelle sur medoucine.com

Les pratiques complémentaires (ostéopathie, hypnose, sophrologie, naturopathie, réflexologie, shatsu etc) sont de plus en plus utilisées par le public tandis que les preuves de leur efficacité restent souvent critiquées pour leur faiblesse méthodologique.
Les études en vie réelle étant de plus en plus utilisées en parallèle des études prospectives, dans la continuité du poster présenté en 2019 à la conférence de l’ICEPS à Montpellier nous présenterons une nouvelle analyse des consultations prises et avis recueillis sur l’année 2019 via la plateforme medoucine.com.
Cette plateforme qui regroupe désormais près de 1000 thérapeutes sur toute la France propose en effet une prise de rdv en ligne et un recueil d’avis qui nous permet de faire des analyses dont le poids va grandissant (70000 consultations prises sur la platefomre en 2019)
Nous pourrons ainsi répondre aux questions suivantes : Quelle est la réalité de leur utilisation en vie réelle ? Pour quelles indications sont-elles utilisées ? Pourquoi leurs utilisateurs en sont-ils aussi satisfaits ?
Nous avons en effet des données sur les motifs et la place de la douleur parmi ces motifs, les pratiques utilisées, en général et pour les consultations en lien avec la douleur, les avis quantitatifs et qualitatifs recuillis suite aux consultations, en général et pour les consultations en lien avec la douleur.<h/6>
Cette analyse permettra ainsi d’avoir un point de vue en vie réelle de l’usage de ces pratiques par le public et des bénéfices qu’il trouve à la consultation de professionnels du domaine.
Copyright 2019 MY WAY EVENT. All rights reserved