Hypnocyst : l’hypnose comme outil thérapeutique chez des femmes présentant des cystites récidivantes

Nov 25, 2020

09:30

Auditorium SAINT-EXUPERY

30min

“Les cystites, infections bactériennes vésicales, sont dites récidivantes (CR) quand une femme en présente plus de 4 par an. Leur impact majeur sur la qualité de vie est négligé par le corps médical. Le traitement classique est la prescription unique d’antibiotiques. Quelques études soulignent le caractère anxieux souvent identifié chez ces patientes laissant envisager l’importance du stress comme facteur favorisant des épisodes. L’hypnose est une thérapie psycho-corporelle reconnue pour améliorer le confort psychique et physique.
Méthode : Etude de preuve de concept sur une cohorte de 15 patientes présentant des CR avec un important retentissement global. Elles présentaient toutes sauf une, des cystites à risque de complication. Après un bilan organique optimal, le protocole consistait en la réalisation de 3 séances d’hypnose en 3 mois avec prescription d’auto-hypnose. Les symptômes des patientes étaient analysés à 3 mois, 6 mois et un an.
Résultats : A tous les temps, les patientes rapportaient une diminution de moitié des paramètres d’anxiété dépression sur l’échelle de Hamilton ainsi que des EVA sur la douleur aigüe d’un épisode et sur les douleurs chroniques. A 1 an, 33% des patientes ont vu leurs cystites quasiment disparaitre avec une satisfaction majeure et la reprise d’une vie sociale et sexuelle normale. 1/3 ont été améliorées et 1/3 n’ont pas expérimenté de modification notable de leur état. En moyenne, le nombre de cystites est passé de 14 à 8 par an. Les patientes décrivent une franche satisfaction à la prise en charge dans 73% des cas. 
Cette approche s’inscrit dans le principe de médecine intégrative, associant l’expertise infectiologique et urologique chez ces patientes à l’utilisation d’un outil actif sur la composante psycho-émotionnelle notamment le facteur anxiété et stress. Le succès obtenu chez ces femmes porteuses de facteurs majeurs de complication est à vérifier sur un échantillon plus large.”

  • Véronique MONDAIN

    PH Infectiologie

    CHU de Nice, NA, RSI, France

  • CONFERENCE EN FRANCAIS

Copyright 2019 MY WAY EVENT. All rights reserved